· 

L'avant-propos de Maître Renard (suite)

Maître Renard, en a-t-il bientôt fini avec son avant-propos?  

Oui, Delphine, j'arrive au bout de l'écriture de cet avant-propos, du moins au terme de la mise au point de sa première édition. Ce texte fut pour moi assez difficile à écrire, car il joue sur plusieurs tableaux, et toute l'habilité du jeu consiste bien sûr à fondre ces différents tableaux en un tableau unique harmonieux, laissant une impression de naturel, ce qui n'est pas facile. Par ailleurs, la nature de cet avant-propos a évolué au fil du temps. Il était au départ d'essence plutôt satirique, et comportait même un long poème sous forme de portrait, écrit par Maître Renard en personne, un long poème synthétisant toutes les techniques poétiques du vingtième siècle en un grand tout à la fois parodique et commémoratif, un long poème où Maître Renard fait mon portrait, soit un long poème dans lequel je fais mon autoportrait de manière déguisée et où l'autodérision joue une très grande part. J'ai finalement pensé que cette version de mon avant-propos était trop osée et trop audacieuse, et j'ai préféré revenir à un avant-propos d'essence plus philosophique, même si des reliques et des traces de la première intention restent malgré tout présentes afin de rendre la lecture plus piquante et plus guillerette.   

Vous parlez de première édition. Pensez-vous enrichir encore un peu plus cet avant-propos dans le futur? 

Cet avant-propos constitue désormais un petit livre à part entière. Il aborde différents sujets, de nombreux thèmes, et, de fait, il est clair qu'il pourrait être enrichi. Par exemple, pour rendre crédibles ses idées, Maître Renard utilise et cite les pensées de certains auteurs. J'ai fait le choix de m'en tenir à une poignée d'auteurs spécifiques, afin de maintenir une certaine unité intellectuelle à l'ensemble, afin de ne pas me disperser et de conserver aussi une certaine cohérence esthétique. Mais, c'est vrai, étant donné tous les thèmes que j'aborde, il serait possible de faire entrer dans la danse de cette réflexion bon nombre d'autres auteurs, ce que je n'ai pas voulu faire pour cette première édition, et ce que je ne ferai peut-être jamais, car si deuxième édition de cet avant-propos il y aura, celle-ci sera plutôt illustrée et réintégrera plutôt le grand poème où Maître Renard trace mon portrait ou, plutôt, esquisse mon portrait à travers l'étude poétique précise de mon nom. L'avant-propos est maintenant assez long pour digérer avec harmonie l'inclusion de ce poème en son sein. Mais ce sera pour une deuxième édition illustrée, dans quelques années peut-être.      

Quels penseurs et auteurs, avez-vous privilégié? 

J'ai privilégié des auteurs et des penseurs divers et variés, appartenant à différentes époques et à différents pays. Je tenais beaucoup à cela, et je tenais aussi à ce qu'il n'y ait pas trop d'auteurs du vingtième siècle afin de conserver un côté vieillot et suranné au propos malgré sa grande modernité. Par exemple, côté poètes, je cite principalement Fernando Pessoa et Giacomo Leopardi. Pourquoi eux? Pour que l'Italie et le Portugal soient présents à travers leurs figures, mais aussi parce que Leopardi a écrit des oeuvres morales qui me plaisent plus que ses poèmes, et parce que Pessoa est un poète dont le projet poétique me touche beaucoup. L'Espagne est très présente à travers la figure de Baltasar Gracian, l'Allemagne à travers les figures de Goethe et de Schelle, mais aussi de Schopenhauer. Je cite bien sûr quelques auteurs anciens, ainsi que faisaient Montaigne et Schopenhauer. Le siècle des Lumières fournit le principal bataillon d'auteurs français cités: Rousseau, Voltaire, Diderot, Vauvenargues. Fondre tout cela dans un tout léger, souriant, roboratif, sérieux et harmonieux à la fois, laissant une large part à la fiction et au vagabondage, ne fut pas une mince affaire, et c'est pourquoi je n'ai pas voulu me lancer non plus dans la lecture et l'introduction d'auteurs disons plus modernes ou plus proches de nous. Mais il est évident que les pensées de Nietzsche, Bergson, Bachelard, Merleau-Ponty, Conche et consorts, pourraient grandement enrichir le propos de Maître Renard. Ce sera peut-être pour une troisième édition, un de ces jours. Lire tous ces auteurs, prendre des notes, cela demande du temps, ou cela demanderait du temps, et ce n'est pas une priorité pour moi. Je dois désormais retourner à la poésie pure et à mes fables.     

Je crois savoir que vous écrirez aussi une préface? 

Oui, j'écrirai un jour une préface pour présenter mon recueil de fables ou mes recueils de fables. L'avant-propos de Maître Renard aborde bien sûr le thème de la fable, mais je ne puis pas décemment laisser à un personnage fictif la responsabilité de parler en mon nom. Je me suis aperçu aussi au fil de l'écriture de cet avant-propos que les passages concernant la fable étaient trop longs et dénaturaient un peu le ton général de l'avant-propos. J'ai senti que mon renard ne devait pas trop s'appesantir sur l'histoire et sur les aspects trop techniques de l'analyse littéraire du genre. J'écrirai donc un jour une préface comme fit La Fontaine. Disons que cet avant-propos remplace La vie d'Esope que l'on trouve en tête de la plupart des recueils de fables du temps passé. Il sera intercalé au final entre ma préface et la grande dédicace d'ouverture aux papillons monarques. Mais bon, c'est là un peu une vue de l'esprit, étant donné désormais sa longueur, qui en fait un ouvrage à part entière, certes adoptant le ton général, familier et plaisant d'un avant-propos.     

Les juilletistes, pourront-ils lire L'avant-propos de Maître Renard sur la plage? 

Je pense que oui, Delphine, mais il me reste quelques détails à régler. Juillet 2015 devrait être le mois de parution de cette première édition électronique, mais cela pourrait être aussi début août ou début septembre. Ce sera en tout cas avant la fin de l'été. Ce texte a grossi, je ne dispose pas de correcteur, et je suis obligé de me relire beaucoup. Je vous préviens, Delphine, votre vision du monde risque d'être changée à tout jamais par cette lecture!