Mes fables préférées de La Fontaine

Il est très difficile d'arrêter un choix restreint. En règle générale, je préfère celles d'inspiration fluviale où l'on peut retrouver un ruisseau et des poissons. J'aime relire Les poissons et le berger qui joue de la flûteLe petit poisson et le pêcheur, Le torrent et la rivièreLe cerf se voyant dans l'eau, mais aussi Le juge arbitre, l'hospitalier et le solitairequi fait le sage éloge d'un désert où coule obligatoirement un ruisseau. J'aime évidemment dans la foulée Philomèle et PrognéLe philosophe scythe et Le songe d'un habitant du Mogol. 

 

J'adore par ailleurs Les deux chèvres qui se croisent sur une planche au-dessus d'un précipice. J'apprécie Le cierge solitaire, frappé de folie, qui se prend pour Empédocle et qui fait songer aux poèmes de Francis Ponge. J'aime Le milan et le rossignol, fable qui sert de prologue aux Filles de Minée, et qui fait songer aux contes des Mille et une nuits. Je ne suis pas un farouche partisan de l'emploi de l'allégorie, mais je trouve très réussie L'amour et la folie. Ses trois fables sur l'amour, Tircis et AmaranteDaphnis et Alcimadure, et Les filles de Minée, méritent très largement le détour. Philémon et Baucis est aussi une perle. L'ivrogne et sa femme n'est pas mal non plus, mais dans un autre genre.

 

J'aime les fables sophistiquées où La Fontaine dépeint la cour du roi lion. Il va sans dire que cette cour proche du roi lion constituera l'un des centres nerveux de mon deuxième recueil. Les fables où Jupiter apparaît peuvent être rangées aussi dans la catégorie de mes fables favorites. Je déplore un peu dans les fables de La Fontaine l'extrême discrétion, voire l'absence, des autres dieux du panthéon olympien. C'est l'une des raisons pour lesquelles j'adore le prologue de l'araignée dans L'araignée et l'hirondelle: j'y vois une lamentation secrète de Minerve.   

 

Mon coeur bat aussi pour Le meunier, son fils et l'âne, car, en fidèle ami des rivières, le moulin à eau occupe une place importante dans mon imaginaire. Je me délecte des mulets et des ânes en général. Les deux muletsL'âne chargé d'éponges et l'âne chargé de sel, ainsi que Les deux chiens et l'âne mort emportent mes suffrages sans peine. Le renard demeure toutefois mon animal préféré et mon personnage favori. 

 

En général, j'aime une fable, non pas à cause de sa morale ou de son intrigue, mais à cause du tableau qu'elle présente et de l'atmosphère générale qui s'en dégage.

 

Parmi celles dont je juge les morales importantes ou primordiales pour comprendre les hommes ou le fonctionnement des sociétés humaines, je citerais notamment Les animaux malades de la pesteLe loup et l'agneauLe chien qui lâche sa proie pour l'ombreLa laitière et le pot au laitLa lice et sa compagneLe paon se plaignant à JunonL'alouette et ses petits avec le maître d'un champLe dépositaire infidèleLe paysan du DanubeLe chat et un vieux ratLa chauve-souris et les deux belettes, L'aigle, la laie et la chatte, Les grenouilles qui demandent un roi et L'oiseau blessé d'une flèche

 

Enfin, je décerne une mention spéciale pour Le chat, la belette et le petit lapin, dont ma grand-mère maternelle aimait à répéter les quatre premiers vers à haute voix, lointain reste de son enfance et de ses heures d'étude à l'école communale de Lizine.

 

Dans mon recueil, je rends hommage à La Fontaine en faisant directement allusion à certaines de ses fables. Ces fables auxquelles je fais référence de façon plus ou moins explicite se sont imposées à moi en vertu même des thématiques de mon recueil. Je mets tout particulièrement à l'honneur dans ce premier recueil les fables suivantes: Le chêne et le roseauLes oreilles du lièvreLa forêt et le bûcheronLe lion et le moucheronLe lion et le rat et Conseil tenu par les rats

 

En plus de ma version du Chêne et du roseau, j'offre dans ce recueil mes versions personnelles des fables suivantes déjà mises en vers par La Fontaine: Le lièvre et les grenouillesParole de Socrate, La poule aux oeufs d'or, L'homme et son image et L'enfant et le maître d'école. Si je devais faire un choix parmi toutes ces fables de La Fontaine qui nourrissent de leur sève élaborée ce recueil (les Anciens fournissant la sève brute), j'admettrais volontiers que j'éprouve un faible pour Le renard anglaisdu fait de mes nombreuses années passées en Angleterre et de sa dédicace à Lady Harvey. J'aime beaucoup aussi La chatte métamorphosée en femme et Les compagnons d'Ulysse en raison de la présence du thème de la métamorphose, un autre thème important des Fables du lavoir